Séguret-Cairannes-Vinsobres 2015

 Séguret-Cairannes-Vinsobres

Séguret-Cairannes-Vinsobres

Séguret-Cairannes-Vinsobres

Pour cette soirée, notre intervenant Sylvère Massé nous propose une plongée dans les côtes du Rhône. En particulier dans les terroirs rouges de Séguret , Cairannes  et Vinsobres.

Séguret est une appellation « côtes du Rhône villages » depuis 1966. Elle s’étend sur 461 hectares avec une production comportant 92% de rouges, 3% de blancs et 5% de rosé pour un rendement moyen de 28 hl/ha. Pour les rouges, le cépage dominant est la grenache jusqu’à 70% accompagné de syrah et mourvèdre. Le sol est principalement composé de mollasse helvétienne (sables) calcaires (cailloux).

 

Cairannes est une appellation « côtes du Rhône villages » depuis 1967. Elle couvre une superficie de 956 hectares avec un rendement moyen de 35 hl/ha. Là aussi, les rouges dominent avec 94% de la production. Le cépage dominant est la grenache à hauteur de 50% minimum associé à 20% de syrah et/ou mourvèdre au minimum, le complément étant assuré par des cépages moins connus de l’appellation.

 

Depuis 2006, Vinsobres est un cru des côtes du Rhône qui représente une surface de 441 hectares avec un rendement de 28 hl/ha. La production est constituée uniquement de rouge avec une dominante de la grenache à 70%, le reste étant principalement le syrah.

 

Après cette rapide introduction, passons maintenant aux vins dégustés. Pour séguret, Sylvère nous fait découvrir deux produits du domaine Jean David qui forme 17 hectare en agriculture biologique. Le premier vin présenté est la cuvée « Beau Nez » 2012. C’est un assemblage : 58% grenache, 16% carignan, 11% cournoise, 10% syrah et 5% cinsault et mourvèdre uniquement en cuve.

La robe est sombre. Au nez, nous avons des notes de poivre et de réglisse. La bouche est ronde et puissante avec un gout de fraise au sirop. Ce vin est à boire dans les 3 à 4 ans et à déguster avec une viande rouge comme un pavé de bœuf.

 

Le suivant est un séguret village 2011 du même domaine dont la vendange est entière, c’est-à-dire que la grappe de raisins est gardée dans son intégralité (la rafle n’est pas enlevée). L’assemblage est formé de 60% de grenache, 36% de carignan, complété par le cinsault, la syrah et la cournoise.

La couleur est foncée avec des reflets violets. Le nez est fruité (fruits rouges, fraises). La bouche est ample et chaude avec en fin de bouche des pointes épicées et des saveurs de pruneaux. Ce vin a une belle acidité qui lui confère une colonne vertébrale. La garde ira de 3 à 6 ans. Il conviendra avec une cote à l’os, un magret aux fruits rouges ou des volailles rôties.

 

Dans le terroir de cairanne, nous commençons par un côtes du Rhône village 2012 du domaine Galuval de Vincent Moreau qui a une superficie de 25 hectares sur un sol formé d’argile, galets et cailloutis. Les vendanges sont manuelles et vinification traditionnelle en cuves thermo régulées. Comme les précédents, le cépage dominant est la grenache 60%, 20% syrah, 10% cinsault et 10% carignan.

La teinte est foncée avec des reflets orange. Des arômes poivrés au nez, en bouche, des notes épicées sont présentes. L’attaque est ample mais il n’y a pas de longueur ce qui crée un déséquilibre. La garde serait de 5 à 7 ans.

L’autre vin de l’appellation Cairanne est un côtes du Rhône village « Réserve des seigneurs » 2012 du domaine l’Oratoire Saint-Martin qui se compose de 25 hectares des sols argilo-calcaires en agriculture biologique. L’assemblage est élaboré avec 60% de grenache, 30% de mourvèdre et 10% de syrah avec des vignes de 65 ans à 200 mètres d’altitude.

La robe est profonde, pourpre avec des reflets violets. An nez, nous avons des effluves  de réductions (œufs pourris) qui disparaissent à l’agitation pour laisser la place à des parfums floraux de pivoine et d’iris. Le second révèle des odeurs d’orange et de pain d’épice. En bouche, la fraîcheur domine associée à une saveur de fruits à l’eau de vie. Le tout reste croquant avec une belle longueur. La garde va de 3 à 6 ans. Ce vin sera servi avec des viandes rouges, voir des pruneaux au vin rouge comme le conseille Sylvère.

 

Nous terminons avec le cru Vinsobres avec un vin de 2011 du domaine de Montine de Jean-Luc Monteillet. Les sols sont formés de calcaire recouvert de galets roulés à 400 mètres d’altitude. La vendange est égrappée à 100% et 30% de la cuvée est passée en barrique de 2 à 3 ans. Il est modelé à partir de 2 cépages, grenache 80% et 20% syrah.

La couleur est rouge foncée avec des reflets violine. Nous avons des odeurs de fruits rouges (cassis) et des notes épicées. En bouche, beaucoup d’amplitude et de fruits qui accompagneraient bien une viande rouge (côte de bœuf) ou un gigot d’agneaux. La garde est de 3 ans.

 

Le dernier vin est la cuvée « La Cadène » 2010 du domaine Chaume Arnaud, 38 hectares en agriculture biologique et biodynamique. Le terroir est à base de sols argilo-calcaires et caillouteux exposés sud. L’assemblage repose sur 35% de grenache, 35% mourvèdre et 30% syrah avec des vignes de 50 ans.

La couleur est rouge foncée avec des reflets violine. Le nez reste sur la fraicheur avec des arômes de mentholés, de thym, réglisse, herbes de Provence avec des notes de chocolat. En bouche, il est encore jeune avec de l’astringence mais il est ample et puissant avec des bouquets de fruits à l’eau de vie et de chocolat. En vieillissant les notes de chocolat devraient se renforcer et des saveurs de tabac apparaitre. Il s’agit d’un vin de garde (10 ans) uniquement passé en cuve. Ce vin peut aller avec des plats en sauce, viandes rouges et gibiers. Sylvère nous le conseille sur un pavé de sandre rôti au côtes du Rhône.

 

Une soirée agréable avec d’ excellents toasts pour des vins francs qui respirent le soleil. Le coup de cœur s’est porté sur le côtes du Rhône village Séguret 2011 du domaine Jean David pour 3  des 4 groupes de dégustateurs et sur le cru Vinsobres 2011 du domaine de Montine pour le dernier groupe. Les prix se situent dans une fourchette de 10,50 à 16 euros, sauf pour le dernier vin qui est à 25 euros. Le degré varie entre 14 et 15 degrés sans que les vins soient alcooleux.

Merci à Sylvère pour sa documentation détaillée qui nous a bien aidés à réaliser ce résumé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

__________________

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *