Méthodologie de la dégustation

La dégustation de la première soirée du cycle « initiation »

 

Après une partie théorique fournie (dont le compte-rendu  a été adressé à tous nos adhérents), il est temps de passer aux travaux pratiques. Fabienne a prévu six vins pour cette première dégustation.

 

Le premier vin est un vin de France blanc 2014, la cuvée Chapeau Melon du domaine Jérémy Huchet. Il est élaboré à partir du cépage Melon de Bourgogne du Muscadet. L’intensité est pâle avec une couleur jaune pâle agrémentée de reflets argentés, le tout est transparent voire limpide. Peu de larmes; il marque à peine. Le premier nez est expressif, marqué par une fraicheur citronnée avec des notes de poires et une pointe minérale qui s’amplifie au deuxième nez avec toujours des poires et une intense fraicheur. En bouche, l’attaque est franche, le vin est vif et tendu avec des notes citronnées et de poires en milieu de bouche pour finir sur une finale salée. Ce vin convient bien à l’apéritif, en début de repas avec des huitres, des fruits de mer, de la friture. Il est à boire dans l’année.

 

Nous continuons par un Bergerac blanc 2013, cuvée des Conti du château Tour des Gendres. C’est un assemblage, composé de 50% de sémillon, 40% sauvignon et 10% muscadelle. La teinte est jaune paille assortie de reflets dorés. La limpidité est lumineuse, brillante. Les larmes sont bien présentes et épaisses. Le nez est expressif et intense avec de la fraicheur et des notes fruitées de pêche et pamplemousse. A l’agitation, les fruits deviennent exotiques (fruit de la passion) avec une pointe épicée. L’impression de fraicheur du départ persiste. En bouche, il est ample, velouté, rond avec de la fraicheur et un trait d’amertume au final. Il s’agit là d’un vin de gastronomie qui accompagnera une terrine de poissons, des coquilles Saint-Jacques et des viandes blanches. La garde peut aller jusqu’à 3 ans.

 

Pour le 3ème vin, nous changeons de couleur avec un Saint Nicolas de Bourgueil 2012, cuvée Expression du domaine Pascal Lorieux qui comprend 20 hectares de cabernet franc. L’intensité visuelle est moyenne car le pied du verre est visible. Le rubis prédomine, légèrement tuilé. Les larmes sont nombreuses et fines. Au nez, nous avons des arômes de cerises et de cassis avec des notes de poivrons et de fumée. L’agitation révèle des odeurs de cuir, animal et les cerises se fondent dans le kirsch, la fumée allant sur le bois. Ce vin est à déguster sur de la charcuterie, des terrines ou un rôti de porc. Il peut être gardé encore 2 à 3 ans.

 

Le suivant est un Corbières millésime 2013, cuvée La Pompadour issu de la cave coopérative de Castelmaure. Nous avons là un assemblage, 30% syrah, 50% carignan et 20% grenache. L’intensité est soutenue (pied du verre non visible). La robe est rouge grenat avec des reflets violines. Les parois du verre sont tapissées de larmes colorées, larges et épaisses. Le nez est concentré sur des senteurs de pruneaux et de réglisse assorties d’épices douces (cumin). La complexité est bien présente avec un côté grillé et métal chaud. A l’agitation, nous passons à des odeurs de garrigues (thym). En bouche, ce vin enrobe le palais avec des tanins équilibrés et de la matière. La longueur est agréable et puissante, nous retrouvons des saveurs de réglisse. Une entrecôte, une daube, un plat aux olives, un tajine feront merveille avec ce vin dont la garde est de 3 à 5 ans.

 

Toujours dans le rouge avec un Bordeaux 2009 du château Belle Garde, assemblage de 20% de cabernet sauvignon et 80% de merlot. Ce vin est produit sur un terroir de blanc de l’Entre Deux Mers d’où son appellation en simple bordeaux alors que le château se trouve en face de Saint-Emilion. A l’œil, l’intensité est dense, la couleur est rubis avec des franges tuilées. Les larmes marquent et sont colorées. Le nez est fondu avec des arômes de café, fruits noirs, bois et vanille. Le 2ème nez révèle une odeur animale de cuir. Le boisé évolue vers le cèdre avec une pointe mentholée. En bouche, la fraicheur prédomine avec des tanins fermes et équilibrés associés à une belle longueur. Côte de bœuf et viandes rouges seront ses compagnons de table. La garde peut encore se prolonger 2 à 3 ans.

 

Pour finir, Fabienne nous a réservé une petite mignardise avec un IGP Côtes de Gascogne 2014, cuvée Saint-André du domaine de Joÿ élaboré à partir de cépage gros manseng. La robe est claire, cristalline et limpide accompagnée de larmes nombreuses et épaisses. Des odeurs de miel se mêlent à des arômes de fruits mûrs, vanille et acacia. A l’agitation, le coté miel et fruit se renforce, souligné par des pointes de litchis pamplemousse. En bouche, l’attaque est douce, sucrée. De la nervosité arrive ensuite dans un mélange de fruits exotiques (ananas). La finale est légère et rafraichissante. Le tout est équilibré. Ce vin est polyvalent, il trouvera sa place à l’apéritif, sur du foie gras, des fromages à pâte persillée (Fourme d’Ambert) et une tarte à l’abricot en dessert. La garde est de 2 ans.

 

En conclusion, Fabienne a remarquablement choisi les vins de manière à illustrer la partie théorique très fournie. Chaque vin se détachait par rapport aux autres ce qui nous permettait de bien voir les différences. Cette même idée se retrouvait dans le jeux des arômes à découvrir, tous très différents. De plus, avoir goûté les solutions sucrée, salée, acide et amère nous a permis d’étalonner notre gout. Menée dans la bonne humeur, cette première séance nous a convaincu de la nécessité d’apprendre à déguster et confirme cette maxime de Boileau « On est savant quand on boit bien; qui ne sait boire, ne sait rien ».

Pour finir, le coup de cœur est allé au Corbières millésime 2013, cuvée La Pompadour issu de la cave de Castelmaure. Le prix des vins de cette soirée oscille entre 7 et 9,50 euros, sauf le premier (4,20). Le degré d’alcool varie entre 12 et 14 degrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *